Pour se déplacer librement et plus facilement en Thaïlande, surtout dans les grandes villes et dans la capitale, il n’y a rien de mieux que le scooter. Mais attention, la location d’un scooter en Thaïlande a très mauvaise réputation. Avec les différentes arnaques et les risques de se faire voler ses papiers… il n’est pas toujours facile de trouver un scooter à louer au royaume des éléphants. Si vous envisagez de partir pour la Thaïlande et d’y louer un scooter, ces quelques conseils vous seront d’une grande utilité.

Quels papiers faut-il pour louer un scooter ?

Pour pouvoir louer un scooter en Thaïlande, comme un peu partout dans le monde, le demandeur doit présenter son passeport et son permis de conduire. Les titulaires de permis international ou thaïlandais sont directement assurés.
Ceux qui souhaitent louer un scooter en Thaïlande doivent savoir que les arnaques sont nombreuses. Beaucoup d’agences de location peu scrupuleuses n’hésitent pas à garder les papiers de leurs clients et lorsque ces derniers rendent l’engin, les agences refusent de leur remettre leurs papiers. Ce qui est contraire à la loi. Derrière cet acte, ces agences espèrent soutirer énormément d’argent aux propriétaires qui bien sûr, seront obligés de payer pour récupérer leurs papiers. En effet, dans ce genre de situation, il n’y a pas d’autre solution car même la police thaïlandaise peut être de mèche avec les agences. Pour éviter que ce genre de situation arrive, il est conseillé de faire une photocopie de ses papiers et de ne laisser que ces photocopies à l’agence.

Faut-il une assurance et faut-il payer une caution ?

Pour éviter tout problème, il est préférable d’avoir une assurance, surtout, une qui couvre les dégâts matériels. En Thaïlande, c’est même recommandé car les scooters ne sont jamais assurés. A la moindre petite égratignure ou bosse sur l’engin, l’agence peut vous exiger des centaines, voire des milliers de baths. C’est pourquoi, avant de signer un contrat ou d’accepter de monter sur un scooter, il est primordial de le passer à la loupe et de guetter les moindres éraflures.
Lorsque l’on loue un scooter en Thaïlande, une assurance aux tiers est comprise dans le prix de la location et couvre le conducteur ainsi que le passager pour un montant qui varie de 50 000 à 200 000 baths selon le degré de gravité du préjudice. Mais pour obtenir cette assurance, il est nécessaire de présenter un permis international ou thaïlandais.
En ce qui concerne la caution, elle est demandée par la quasi-totalité des agences de location. Celle-ci est généralement comprise entre 2000 et 3000 baths, pas plus.

Ce qu’il faut faire avant de signer un contrat et de monter sur le scooter

Il n’est pas rare de se faire arnaquer quand on loue un scooter en Thaïlande. Mais pour éviter que cela nous arrive, voici ce qu’il faut faire, avant même de monter sur le scooter.
D’abord, il faut inspecter minutieusement le scooter pour déceler la moindre trace d’éraflure et de repérer les éventuelles parties endommagées. Il est aussi conseillé de prendre le scooter en photo pour garder une preuve de son état d’origine.
Ensuite, il faut l’essayer et s’assurer que tous les composants fonctionnent bien, notamment les lumières et les freins.
Finalement, il faut bien lire le contrat, si nécessaire demander à un traducteur de traduire le contrat et de se renseigner sur l’assurance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *